Compte-rendu de la soirée « Grand Paris, que restera t-il des classes populaires ? », par Samuel Léon

carte-revenus-moyens-paris

Le 29 janvier dernier, l’association Les Oranges s’interrogeait à Nanterre sur le devenir des quartiers populaires à l’heure du Grand Paris. Vont-ils se maintenir ? Et si oui, à quel prix ? La métropole du Grand Paris ne va-t-elle pas les repousser encore plus loin du cœur de la capitale qu’ils ne le sont aujourd’hui ?

En présence d’Anne Clerval, géographe spécialiste de la gentrification ; Olivier Lecour Grandmaison, historien ; Jean-Pierre Garnier, sociologue et François Cocq, conseiller municipal à Champigny-sur-Marne (94), les participants ont porté un regard critique sur la situation actuelle et les perspectives à venir.

La métropole du Grand Paris se donne pour volonté d’ancrer pleinement la région parisienne dans les dynamiques de la mondialisation et de la métropolisation. Qui dit métropolisation dit politique visant à capter un certain type d’investissement et de population. Il s’agit de mettre en œuvre les conditions qui favorisent l’attractivité et la compétitivité des territoires. Le Paris intra-muros est aujourd’hui devenu trop étroit pour cela, d’où la nécessité d’intégrer les espaces périphériques dans la réflexion. Selon le sociologue J.-P. Garnier, le risque d’un projet comme le Grand Paris est alors de voir les quartiers aujourd’hui populaires remplacés par « des quartiers accueillant des activités stratégiques permettant le développement du capitalisme et des rapports sociaux de domination ». Autrement dit, avec le Grand Paris, les quartiers populaires seront remplacés et déplacés.

Appuyant cette analyse, Anne Clerval voit dans le Grand Paris un levier important en faveur de la gentrification des quartiers populaires. En faisant par exemple de la mixité sociale un principe incontournable, le Grand Paris favorise notamment le changement de la composition socio-démographique des quartiers populaires, sans pour autant que celle des quartiers plus aisés le soit également. Ceci devrait particulièrement s’observer dans les quartiers de gare du Grand Paris Express (GPE), aménagés en grande partie par les grands groupes immobiliers privés, porteurs d’intérêts contraires à ceux des classes les plus populaires (construction de logements les plus rentables possible). De l’avis des tous les participants, le Grand Paris devrait favoriser un mode de production capitaliste et privé de la ville, l’éloignant d’une appropriation populaire et du « droit à la ville » pourtant aujourd’hui vanté.

François Cocq a tenté de replacer le débat dans le contexte de la réforme territoriale. L’élu voit dans le transfert de compétences aux instances métropolitaines telles que la Métropole du Grand Paris un outil qui éloignera le corps citoyen du débat public et des décisions importantes, tout en rapprochant celles-ci des intérêts des grands groupes privés. Par un détour historique, Olivier Lecour Grandmaison, juge que cette situation fait tout simplement échos à un mode de gestion historiquement colonial et autoritaire des populations habitant dans les quartiers populaires.

Dans ce contexte, les interrogations de la salle ont porté sur le rôle des pouvoirs publics dans la gestion des dynamiques annoncées. Si comme cela a pu être le cas dans le Paris intra-muros l’action des pouvoirs publics semble plutôt favoriser la disparition des quartiers populaires, alors le maintien et l’affirmation de ces derniers pourraient certainement passer par une mobilisation citoyenne organisée et intégrée à l’échelle métropolitaine.

Valls : Les annonces pour le Grand Paris

De la conférence de presse donnée par Manuel Valls sur le Grand Paris, le 13 octobre 2014, on retiendra que le temps des réalisations est venu ! (Parce qu’avant, c’était le temps du quoi, du rien du tout ?)

Le Premier Ministre a retenu quatre volets prioritaires pour le Grand Paris (et a procédé à des annonces) :

Les transports

  • Les aéroports seront desservis par métro en 2024 ! On pourra plus facilement aller voir les grèves d’Air France…
  • 140 millions d’euros/an supplémentaires seront affectés pour moderniser les infrastructures vieillissantes et en construire de nouvelles (genre des tramways).
  • La SGP (Société du Grand Paris, qui construit le Grand Paris Express) étend son périmètres d’action : elle va prendre en charge le prolongement de la ligne 11 et du RER E. Globalement, le STIF (Syndicat des Transports d’Île-de-France, géré par la Région) perd du poids dans les décisions alors que la SGP (l’État) en gagne.
  • Le site PSA d’Aulnay servira à la maintenance du nouveau métro, avec 350 emplois à la clef. C’est une peccadille comparée aux 3500 emplois de l’usine en 2012, mais on ne va pas cracher dans la soupe, en ces temps de crise.

Le logement

  • Des sites prioritaires pour la construction ont été identifiés, ils seront suivis « attentivement » par l’État. Traduisez : pas question de laisser les collectivités faire n’importe quoi !
  • Une nouvelle Procédure Intégrée pour le Logement (PIL) va être créée. C’est un « outil innovant » destiné à réduire les délais des procédures, mais on ne sait pas encore en quoi cela consiste. Suspense !
  • L’AFTRP – Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (qui a parfois mauvaise presse chez certains élus) change de nom : ce sera « Grand Paris Aménagement » ! Beaucoup plus sexy.
  • L’État va mettre le paquet sur les copropriétés délabrées, hyper-endettées et ingérables parce que trop grosses d’abord à Clichy-sous-Bois puis à Grigny.

Le développement économique

  • On n’apprend pas grand chose de nouveau, à part que le Grand Paris c’est bien pour l’économie et qu’il va rapporter 60 milliards de recettes publiques d’ici 2030. Malheureusement, on ne sait pas comment ce chiffre alléchant a été calculé.
  • Le Grand Paris va bâtir un « écosystème incubateur de l’économie du futur ! ». Le schmilblick avance à pas de géants…
  • La marque « Grand Paris » va être développée, chouette !
  • L’État soutient la candidature du Grand Paris pour accueillir l’exposition universelle 2025. C’est donc a priori râpé pour les JO 2024.

Le meilleur pour la fin : la gouvernance

  • La métropole sera une intercommunalité (EPCI – établissement public de coopération intercommunale) !
  • Les territoires (l’équivalent des intercommunalités d’aujourd’hui au niveau des périmètres) seront dotés d’un statut sui generis dont les contours restent à déterminer. Ils devraient bénéficier de ressources propres, basées sur la fiscalité économique des entreprises (CFE – contribution foncière des entreprises). Cette décision suit les recommandations de la mission de préfiguration de la métropole.
  • Les compétences seront transférées progressivement et non d’un seul bloc, dès 2016.
  • Le seuil de 200.000 habitants pour former des grands ensembles intercommunaux est maintenu.
  • Cerise sur le gâteau, les Conseil Généraux devraient disparaître !

Le 23 octobre : Votre association dans le Grand Paris, quel avenir ?

En partenariat avec l’Atelier de la Région Île-de-France, Métropop’! vous propose une première rencontre d’info-sondage-buffet sur le thème :

« Votre association dans le Grand Paris, quel avenir ? »

Le jeudi 23 octobre de 11 h 00 à 14 h 00, à l’Atelier, 8-10 impasse Boutron Paris 10ème (M : Gare de l’est ou Chateau Landon).

2 objectifs à cette rencontre :
– Sonder vos interrogations et évaluer vos besoins stratégiques d’information/formation par rapport à la Métropole du Grand Paris qui verra le jour en 2016.
– Vous présenter notre démarche de co-production pédagogique Métrobox et le programme de formation/action que nous proposons pour les dirigeants associatifs, les salariés et leurs bénévoles de la métropole en 2014 et 2015 (voir descriptif ci-joint)

Cette rencontre est plus spécialement destinée aux dirigeants associatifs, représentants ou coordinateurs de têtes de réseau associatives et toute personne désireuse de s’inscrire dans une réflexion stratégique sur l’avenir du champs de l’économie sociale et solidaire dans la métropole du grand Paris.

Une description détaillée de notre formation et de ses objectifs est disponible ICI.

Cette initiative est soutenue et financée par le FRDVA de la Région Île-de-France et la Direction des Citoyens et des Territoires de la Ville de Paris.

Merci de vous inscrire ICI. Informations par retour de mail. Nous partagerons le buffet à midi, merci d’apporter un petit quelque chose avec vous…

L’équipe de Métropop’!

IdF         paris-logo

Participez à la Fabrique des Imaginaires Métropolitains !

METROKAWA-IMAGINAIRE-14-JUIN-web

Samedi 14 juin 2014

au 100 ECS et à la Maison des Ensembles – Paris 12ème Quartier d’Aligre

Dans le cadre du festival Futur en Seine

Inscrivez-vous!

 

Qu’on le veuille ou non, le Grand Paris, c’est pour bientôt…

Mais quelles têtes, quels corps, quels souffles présentera-t-il ce Grand Paris !?

Celui de nos célèbres architectes et urbanistes ?

Celui de nos si charmants promoteurs immobiliers ?

Celui de nos chers représentants élus… ?

Et nous alors !??  On a peut-être aussi le droit d’imaginer, d’inventer, de créer !

Métropop’ ! ouvre la première Fabrique des Imaginaires métropolitains

 

  • 15 ateliers d’artistes spécial « Fabrique des imaginaires »
  • Pour tout le monde, de 8 à 88 ans, pas besoin d’être un artiste !
  • Pour tous les goûts  : les arts numériques, plastiques, vidéos, musique, …
  • Et surtout pour s’amuser, questionner, et imaginer NOTRE métropole de demain.

Inscrivez-vous!

Tout ce que vous créerez dans la Fabrique des imaginaires sera exposé au grand public en 2016 dans plusieurs lieux du Grand Paris.

 

Et pour clôturer la journée du 14 Juin.

18 h – Métrokawa : rendez-vous tous au 100 ECS

 

1ère partie : avec David Langlois-Mallet, notre reporter,  restitution de la Fabrique des Imaginaires et de toutes les créations produites dans la journée

 

2ème partie : apéro-discussion

Quels imaginaires pour la Métropole du Grand Paris ?

Quelles représentations à l’oeuvre dans cette construction ?

Qui les produit, dans quels lieux, quels réseaux ?

Les habitants peuvent-ils enrichir, questionner ou contester le projet institutionnel par la création culturelle ?

Pour une métropole de l’imaginaire citoyen en 2016 ! Participez !

 En 2016, la Métropole du grand Paris devrait voir le jour… 2016 c’est aussi l’horizon que nous nous sommes donnés pour co-construire avec les habitants de la métropole une représentation imaginaire de notre grand Paris et en faire une manifestation grand public dans différents lieux créatifs de la métropole.

Car, si le Grand Paris institutionnel se construit à grands coups et coûts d’infrastructures, de schémas directeurs, de plans sur la comète et de manoeuvres politiques sur fond d’auto-destruction de la gauche décentralisatrice, celui du citoyen reste encore une idée vague et peu discutée : identités, appartenances communes, représentations sociales et territoriales, créativité urbaine, ce sont toutes ces notions que nous appelons imaginaires et sur lesquelles nous proposons d’agir à la manière de Métropop’ !

·      en joignant tous les bouts du sujet, de la réflexion à l’action

·      en soutenant un discours de déconstruction du discours

·      en faisant avec plutôt qu’en faisant tout seul

·      en réunissant les acteurs créatifs et en leur proposant un cadre de travail et des objectifs

·      en y associant les citoyens métropolitains aux différentes étapes du projet

Pour que l’imaginaire urbain ne soit pas uniquement trusté par un groupe fermé d’architectes et d’urbanistes, Métropop ! va expérimenter une « Fabrique de l’imaginaire métropolitain » le 14 juin au 100 ECS (Paris 12) en s’appuyant sur les réseaux artistiques métropolitains. 

Cette fabrique de l’imaginaire métropolitain se constituera comme un processus d’invention de la métropole par ses habitants dans différents lieux créatifs ou publics de la métropole.

Vous pouvez soit y répondre d’ici au 30 avril parce que vous êtes vous même artiste, soit diffuser l’info parce que vous avez un très bon ami qui est lui-même artiste.

Téléchargez ici l’appel à participation.

 

Attention : ceci est une démarche citoyenne où l’artiste et sa démarche se mettent au service des habitants pour lui permettre d’exprimer une idée, un point de vue, une sensation… pas l’inverse !

Le Compte-rendu du Métrokawa de décryptage de la loi MAPAM

twit8-08

 

140 personnes étaient présentes le mardi 11 mars 2014 pour participer à notre Métrokawa de décryptage de loi Métropole du Grand Paris.

Si l’on rajoute les 90 personnes inscrites qui n’ont malheureusement pas pu nous rejoindre, on mesure aisément l’engouement suscité par ce rendez-vous auprès des acteurs de la société civile métropolitaine (réseaux associatifs et artistiques, milieux universitaires et experts, journalistes et syndicalistes, étudiants ou simples citoyens engagés).

 Le besoin est bien là. Le timing est serré. L’enjeu est de taille.

 

  • Comment informer les habitants de la métropole alors que celle-ci est bien dans les starting-blocks ?
  • Comment associer les habitants à la définition du « projet métropolitain » comme la loi le prévoit ?

 

La loi adoptée pose de nombreuses questions. Vous trouverez dans ce compte-rendu plusieurs productions de nature diverses, qui viennent illustrer et éclairer les enjeux soulevés par nos échanges.

Inscrivez-vous au Métrokawa du 11 Mars

flyermetrokawa11MARSinteractiflarge (1)

La loi Métropole du Grand Paris, que faut-il en comprendre, quelles conséquences pour les acteurs et les citoyens ?

La nouvelle loi Métropole du Grand Paris vient d’être adoptée… que dit-elle ? Que pouvons-nous en comprendre ? Qu’implique-t-elle pour les différents acteurs… et pour les citoyens ?

L’association Métropop’ en partenariat avec l’association Ville et banlieue vous proposent de décrypter la loi sous tous ses angles, de la discuter et de faire des propositions pour participer à la construction citoyenne de la Métropole lors d’un Métrokawa (= café-débat façon Métropop’ !) :

le 11 mars, 18h30, à la Parole Errante à Montreuil
9 rue François Debergue (Métro 9, Croix de chavaux)

Participeront à la discussion : Pierre Mansat adjoint au Maire de Paris, Marie Deketelaere‐Hanna, directrice de Paris Métropole, Valérie Grémont chargée du CoDev Plaine Commune, des élus de l’association Ville et Banlieue, un représentant du ministère de la décentralisation.

Retrouvez ici le programme complet.
Inscrivez-vous ICI.
Avant le Métrokawa, préparez-le avec nous en cliquant ICI. Nous vous posons 5 questions rapides pour construire ensemble les termes du débat.